Les « Magic Bibliothèques »

book-933088_960_720
09 May
Magic System, on les connaît pour « On dit premier gaou n’est pas gaou oh »
ou « T’as mis les chaussures croco mais sans chaussettes, ça c’est grave ! » mais beaucoup moins pour leurs « Magic bibliothèques » en Côte d’Ivoire. Entretien avec Jean-Louis Boua, directeur exécutif de la fondation Magic System.

La fondation va ouvrir cinq « Magic Bibliothèques » qui seront reliées à des écoles, quel est le but de ces inaugurations ? Quand seront-elles ouvertes ?
L’écriture et la lecture demeurent encore de nos jours une réelle problématique pour nos pays africains surtout que notre culture est fortement marquée par la tradition orale. En Côte d’Ivoire, particulièrement, la plupart des écoles primaires ne disposent pas de bibliothèques. Pendant l’année scolaire, l’écolier n’a le droit qu’à un seul livre. Les élèves éprouvent donc de réelles difficultés à lire et écrire d’où leurs mauvais résultats scolaires. Promouvoir la lecture à travers la construction de bibliothèques, pour palier ce manque dans les écoles que nous construisons avec l’appui de certains partenaires tels que l’African Artists for Development (AAD), nous a semblé comme une évidence.
La première ouvrira ses portes courant juillet 2017.

Quels livres seront proposés et par qui seront-ils choisis ?
Étant donné que la cible est composée principalement d’élèves du cycle primaire et préscolaire, les livres proposés seront des livres destinés aux enfants de moins de onze ans. Des contes, des bandes dessinées et bien d’autres livres pour enfants, écrits aussi bien par des auteurs africains qu’occidentaux. Notre partenaire AAD a également lancé une collecte de livres qui nous a permis à ce jour de recueillir plus de deux mille livres auprès des élèves de Saint-Jean-de-Passy à Paris pour la première bibliothèque.

Quel est l’état actuel du marché du livre en Côte d’Ivoire ? La population lit-elle toujours ?
Le marché du livre en Côte d’Ivoire étant peu structuré, il serait difficile de vous donner un état actuel des choses. Néanmoins, je peux vous assurer que les choses vont en s’améliorant avec de nouvelles maisons d’édition ivoiriennes et de jeunes auteurs talentueux qui font leur entrée. Il y a des raisons d’y croire. Quant au goût de la lecture, une étude récente a fait état d’une baisse des fréquentations des bibliothèques au point que la directrice de la Bibliothèque Nationale de Côte d’Ivoire s’est sentie obligée d’instituer des bibliothèques mobiles et proches des populations, comme dans les salons de coiffure pour femmes.

Quels sont les projets futurs de la fondation ? Des ateliers d’écriture ?
Des ateliers de lecture ? Pourquoi pas ! Pendant le Festival que nous organisons chaque année, le Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA), nous avons une tribune dédiée aux enfants appelée le FEMUA Kids, au cours de laquelle nous organisons déjà des ateliers. Cela pourrait certainement nous conduire vers des ateliers d’écriture pour adultes. Pour le moment, la fondation envisage en priorité de poursuivre la construction d’écoles dotées de bibliothèques dans toute la Côte d’Ivoire.

La Fondation Magic System, créée par les musiciens du groupe ivoirien Magic System, est une organisation à but non lucratif, reconnue d’utilité publique qui œuvre pour le bien-être des populations à travers des actions sociales dans les domaines de l’éducation, la santé, l’environnement et la culture.

Abonnez-vous à notre rubrique 'Nos Émotions'