Peace, love and music

wp general2 featured
18 Oct

Wicker Park n’a pas en commun avec Woodstock que la première lettre. Il y a aussi l’esprit. Se réunir sur un terrain attenant à la mer dans un des derniers villages préservés de la côte pour écouter de la musique et soutenir intrinsèquement un projet écologique est typiquement dans l’esprit hippie de la fin des années 60.

Parce qu’au delà des valeurs de partage, de communion et de solidarité, Woodstock était avant tout un festival de musique. Et, dans sa troisième édition, Wicker Park a réuni neuf groupes musicaux libanais qui ont enchanté les jeunes et moins jeunes assis par terre en groupes soudés par l’ambiance. Il y avait des enfants, il y avait des chiens et surtout il y avait eux, ces jeunes de moins de trente ans qui sont nés avec une fleur dans les cheveux. Ils étaient débordants de naturel et de simplicité, authentique et sans complexes, beaux comme savent l’être ceux qui se laissent aller à leur nature profonde.

WP6 WP5 WP4 WP3 WP2 WP1 ©Wicker Park

Abonnez-vous à notre rubrique 'Nos Émotions'