Tamyras aime « Photomed Liban 2015 »

Florence Massena
© Mimmo Jodice © Mimmo Jodice
22 Jan

Tous les jours, de nombreuses activités, sorties et soirées sont proposées au public. Parmi cette abondance de possibilités, Tamyras vous parle d’un événement en particulier. Cette semaine, il s’agit de « Photomed Liban 2015 », du 21 janvier au 11 février, deuxième édition libanaise de l’événement.

Fondé en France, « Photomed », le lieu de la rencontre photographique en Méditerranée, s’est exporté au Liban dès 2014 grâce à la collaboration et l’engagement culturel du président du festival français Philippe Heullant et le directeur de l’Office du Tourisme du Liban à Paris Serge Akl. L’édition 2014 était réservée aux photographes libanais, cette année aux italiens, avec comme invité principal le célèbre Mimmo Jodice, qui sera présenté à la soirée d’ouverture le 21 au Siège central de la Byblos Bank. D’autres professionnels de l’image venant d’Algérie, d’Espagne, de France, du Maroc et également du Japon seront exposés dans divers lieux de la capitale libanaise, tandis que le travail « Réalités abstraites » du gagnant du concours de photographie Photomed 2014 Serge Najjar sera à la galerie Station dès vendredi.

« Le festival de cette année va montrer la variété de la photographie italienne, avec des travaux qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, détaille Serge Akl. On compte par exemple une série sur les écoles militaires de Paolo Verzone, une en grand format sur la mer de Barbara Luisi, ou encore des expositions de groupe à la galerie The Beige. Les plus grandes expositions sont celles de Mimmo Jodice et du grand photographe japonais Keiichi Tahara, qui sont aussi une manière de montrer aux Libanais que Photomed est réellement ouvert sur le monde. »

Grande nouveauté de cette année, la présence de deux expositions patrimoniales à la Galerie 169 : « Portraits d’Orient » et « Voyage en Orient », qui ont étés réalisées grâce aux archives photographiques de la Bibliothèque Orientale. Sans compter « Beirut in motion », une série de photographies sur l’art de vivre à la beyrouthine commandée par le ministère du Tourisme dans les années 60. « La photographie n’a rien de nouveau au Liban ! s’exclame le co-fondateur de l’édition libanaise du festival. Elle existe depuis les Frères Lumière, qui sont même venus au Liban. J’ai même appris que le ministère français de la Défense possédait ces films et clichés de l’époque. Nous souhaitons rendre hommage à ces institutions et personnalités qui conservent et ouvrent au public des collections qui remontent à 1870. » Beyrouth accueillera-t-il un jour le travail des Frères Lumière sur le pays ? C’est à espérer, mais en attendant, 100 ans de photographie libanaise seront offerts au public libanais, puis français lors de la prochaine édition de « Photomed France », à l’occasion du cinquantenaire de l’Office du Tourisme du Liban à Paris.

Autres activités notables : deux ateliers, l’un sur la photographie ambrotype et l’autre par le professionnel libanais Tony Hajj, une lecture des portfolios des artistes professionnels et amateurs pour acquérir conseils et contacts, avec une possible publication à la clé, les 23 et 24, et bien sûr le concours annuel avec l’Institut français, dont le lauréat ne va pas tarder à être annoncé.

Le festival pourrait-il encore surprendre à l’avenir ? « D’ici la fin de cette année, une édition marocaine devrait voir le jour », confie Serge Akl.

This slideshow requires JavaScript.

« Photomed Liban 2015 », du 21 janvier au 11 février 2015

Pour le programme détaillé :
Sur Facebook
Sur Internet

Abonnez-vous à notre rubrique 'Nos Émotions'