Tamyras aime « Shatila: The Meeting Point »

Florence Massena
featured_11193438_471596782990926_7434997841928825960_n
07 May

Tous les jours, de nombreuses activités, sorties et soirées sont proposées au public. Parmi cette abondance de possibilités, Tamyras vous parle d’un événement en particulier. Cette semaine, il s’agit du festival « Shatila: The Meeting Point », du 7 au 9 mai au centre culturel de l’association Basmeh wa Zeitooneh, à Chatila.

Basmeh wa Zeitooneh, organisme syrien fondé en mars 2013 pour venir en aide aux Syriens et aux Palestiniens des différents camps palestiniens au Liban, fête avec cet événement le premier anniversaire de son Centre de la Culture et des Arts. Établi début 2014 à Chatila, il s’agit aujourd’hui d’un point de rencontre et d’un espace pour les créateurs, soucieux de travailler sur les problèmes de la société contemporaine au travers d’un portail culturel. « Nous cherchons, avec l’association, à parvenir à développer une société constructive vivant avec dignité, explique George Talamas, co-fondateur de Basmeh wa Zeitooneh. Puisque l’individu est une base essentielle de la construction d’une société, nous avons déterminé notre but : un homme conscient, capable d’aider au développement de son environnement, et dont l’outil de communication est la création. Nous avons donc procédé à la construction du centre selon certaines spécialités comme suivant : musique, théâtre, cinéma, littérature, arts plastiques, et enfin le social, de façon que chaque club rassemble un groupe de jeunes intéressés. »

Le festival « Shatila: The Meeting Point » a vocation à célébrer la réussite du projet, ainsi qu’à ouvrir des portes à la rencontre, à l’échange et à la communication, artistique mais aussi humaine. « Nous croyons que l’art et la culture sont des moyens de discussion pour alléger les tensions entre différentes sociétés, détaille George Talamas. Nous rassemblons donc des musiciens, peintres, sculpteurs, photographes, producteurs de cinéma de différents pays et environnements, arabes et étrangers, en plus d’une exposition des œuvres des enfants. » Parmi différentes activités et rencontres, l’association va également procéder à l’ouverture officielle de leur première bibliothèque publique.

Au-delà de l’événement en soi, l’équipe espère participer à une cohésion sociale renforcée : « Toutes les activités ont leurs valeurs et caractéristiques, qui permettent aux artistes connus de se retrouver et d’établir des liens avec la société de Chatila, les jeunes artistes et même les enfants, dont c’est la première occasion de présenter leurs œuvres au public. » Le 9 mai, dernier jour du festival, un séminaire sur le dialogue aura lieu, rassemblant des artistes et des activistes du domaine culturel de milieux négligés et difficiles, en coopération avec des équipes de secours : « La médecine et les paniers alimentaires ne sont pas moins importants aujourd’hui, et pas seulement, comme certains les considèrent, comme des accessoires de bien-être. »

« Shatila: The Meeting Point », du jeudi 7 au samedi 9 mai 2015

Au Centre de la Culture et des Arts de Basmeh Wa Zeitooneh, à Chatila

Abonnez-vous à notre rubrique 'Nos Émotions'