Tamyras aime « The Middle State »

Florence Massena
©Mazen Khaddaj ©Mazen Khaddaj
06 Feb

Tous les jours, de nombreuses activités, sorties et soirées sont proposées au public. Parmi cette abondance de possibilités, Tamyras vous parle d’un événement en particulier. Cette semaine, il s’agit de l’exposition de Mazen Khaddaj « The Middle State », du 5 février au 8 mars à la galerie 392Rmeil393.

Au travers de 29 peintures et de trois installations vidéo (« The lost colours »), le designer Mazen Khaddaj souhaite faire explorer au public son « middle state », son état intermédiaire entre les extrêmes. « Tout le monde va aux extrêmes des sentiments, pour la religion, l’amour, le sexe, etc. détaille l’artiste. Ces extrêmes sont très présents ici dans ce que l’on vit au Liban, ce mélange entre l’Est et l’Ouest. » Ainsi, il « invite les gens à trouver leur état intermédiaire, différent d’une personne à l’autre selon son origine ou sa culture », et à délimiter leur « ligne rouge », leur extrême, « mais cela n’a pas nécessairement à être rouge », tient à préciser Mazen en souriant. Ainsi, on trouve la peinture « Feminity », des jambes ouvertes sur un œil, accompagnées d’un T marbouta : « Il s’agit d’un vagin contenant un œil, qui questionne sur ce que l’on amène dans ce monde, tout en amenant l’idée que cette partie privée du corps de la femme fait partie de son univers, alors qu’on n’en parle jamais dans le monde arabe. »

Ce travail lui a pris un an et huit mois exactement, et lui est très personnel : « Je vis les extrêmes, ça affecte ma vie, par exemple j’ai vécu à Aley la plupart de ma vie avant de venir à Beyrouth, ça a été un choc ! Au final, je ne pense pas trop à mes peintures, l’inspiration vient d’un coup, d’elle-même, même si la plupart sont basées sur mes expériences, ainsi que celles de gens autour de moi. » Pour accompagner les vidéos et peintures, deux performances sont au programme. La première, « The cycle » aura lieu lors du vernissage le jeudi 5 février, et sera basée sur une sorte d’intervention théâtrale de Mazen Khaddaj. La deuxième, « Soul to soul », se passera le 14 février : toute la journée, l’artiste demeurera debout, immobile, et attendra les réactions des visiteurs, dont il fera des dessins à la fin de l’exposition.

La galerie 392Rmeil393 est une organisation à but non lucratif fondée par Alfred Sursock-Cochrane afin d’ouvrir un espace aux jeunes artistes et qu’ils entrent en contact avec un public pas forcément habitué aux expositions. Pour cet événement, le fondateur explique que le choix d’ouvrir les portes de la galerie à Mazen Khaddaj vient du fait qu’il est « intéressant, capable d’attirer une audience plus jeune » : « Une fois lancé ici, il pourra aller n’importe où. »

This slideshow requires JavaScript.

« The middle state », par Mazen Khaddaj

Du 5 février au 8 mars 2015 à la galerie 392Rmeil393

Sur Facebook

Pour découvrir l’artiste

Abonnez-vous à notre rubrique 'Nos Émotions'