Beyrouth, mots et déviations

630x427@1x (2)
02 Nov

Beyrouth dévie-t- elle et nous fait-elle dévier avec elle ? De quoi nous détournons-nous ? Sur quelle ligne marchons-nous ? Entre fiction et réalité, travail artistique et travail de terrain, nous partirons des personnages du recueil Déviations et autres détours, pour aborder les thèmes du fantasme, de la peur, du choix, de la disparition et de la mémoire.
Avec comme intervenants Valérie Cachard, auteur de du recueil de nouvelles, Rita Chemaly responsable de projets et activiste dans plusieurs ONG sur les thèmes des droits de l’homme, du genre et de la bonne gouvernance, Gregory Buchakjian, historien d’art et photographe et Carmen Hassoun Abou Jaoudé, chercheure associée à UIR Mémoires au Centre d’études sur le monde arabe moderne de l’Université Saint-joseph. Avec comme modératrice Zeina Zerbé, psychologue, clinicienne et psychothérapeute psychanalatique.


La table ronde « Beyrouth, mots et déviations » se déroulera samedi 5 novembre au Salon du Livre francophone de Beyrouth à 19 h au BIEL. Valérie Cachard dédicacera son livre « Déviations et Autres Détours » par la suite sur le stand Tamyras.

Grégory Buchakjian

Grégory Buchakjian (1971) est historien d’art et photographe. Il enseigne à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts (ALBA). Ses recherches portent sur l’art au Liban et dans le monde arabe, avec des publications dont War and Other (Impossible) Possibilities. Thoughts on Arab History and Contemporary Art (2012). Son travail personnel aborde différentes pratiques dont l’écriture, l’installation et principalement la photographie. De 2009 à 2016, il a entrepris un projet photographique basé sur les demeures délaissées, lequel a généré une thèse de doctorat intitulée « Habitats abandonnés de Beyrouth : Guerres et mutations de l’espace urbain 1860-2015 », soutenue à l’Université Paris IV Sorbonne.
Membre du comité consultatif de la Saradar Collection, il a pris part à de nombreux jurys académiques et artistiques dont le Prix Boghossian (Villa Empain, Bruxelles, 2012) et Exposure (Beirut Art Center, 2013).

Carmen Hassoun Abou Jaoudé

Carmen Hassoun Abou Jaoudé, chercheure associée à UIR Mémoire au Centre d’études sur le monde arabe moderne (CEMAM) de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Elle a travaillé au Centre international de justice transitionnelle dont elle a dirigé le bureau au Liban (2011-2015) et a enseigné à la Lebanese Amercian University et l’Université libanaise. Elle détient un doctorat en science politique de l’Université de Montpellier et une licence en journalisme de l’Université libanaise. Elle a fait une carrière en journalisme notamment à L’Orient-Express et Mulhak an-Nahar.

Rita Chemaly

Rita Chemaly, est libanaise, diplômée en sciences administratives et politiques de l’Institut des Sciences Politiques de l’Université Saint Joseph Beyrouth.
Auteur du Printemps 2005 au Liban entre mythes et réalités Edition L’Harmattan, 2009; Lauréate du Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse catégorie jeunes chercheurs 2007, décerné par la Délégation Européenne, consultante auprès de la Commission Nationale des Femmes Libanaises NCLW , pour le développment des projets.
Responsable de projets et active dans plusieurs ONG, sur les themes des droits de l’homme, du genre, et de la bonne gouvernance.
Chargée de cours à l’Institut des Sciences Politiques de l’USJ. Blogue sur les questions du genre, de la politique, des droits humains sur www.ritachemaly.wordpress.com.

Zeina Zerbé

Zeina Zerbé est psychologue clinicienne- psychothérapeute psychanalytique. Chargée de cours à l’université Saint-Joseph de Beyrouth, elle est particulièrement intéressée par l’analyse des enjeux politiques en contexte et leurs répercussions aux échelles psychosociales. Elle entreprend dans une démarche personnelle depuis 2013, un travail de recherches et de rencontres auprès de politiciens et d’anciens combattants qui ont participé à la guerre civile du Liban en vue de trouver des pistes de compréhension qui permettraient l’élaboration du trauma et l’écriture de l’histoire.

Valérie Cachard

Née à Beyrouth en 1979, Valérie Cachard est de formation littéraire et journalistique. Elle enseigne et encadre des ateliers d’écritures et de théâtre pour enfants et adolescents avec lesquels elle monte des spectacles au Liban et à l’étranger. Lauréate du Prix du Jeune Écrivain Francophone et du prix Etel Adnan Award for women playrights, elle bénéficie d’une résidence d’écriture de quatre mois au Théâtre du Tarmac à Paris en 2010. Certaines de ses pièces ont été lues, publiées ou mises en scène. Après avoir vécu trois ans en Angola, elle est désormais de retour au Liban.

Abonnez-vous à notre rubrique 'Notre Univers'