L’éditeur et le livre

Tania Hadjithomas Mehanna
featured
13 Sep
Déviations et Autres Détours de Valérie Cachard, aux Éditions Tamyras.

D’abord il y a le style. D’une élégance et d’une finesse évidentes. Ensuite il y a les mots. Percutants. Doucement et sans en avoir l’air. Et enfin l’émotion. Palpable et si présente. Et il y a aussi Beyrouth. Et nous dans Beyrouth. Passagers bousculés d’une histoire plus grande que nous. Témoins involontaires de blessures qui nous dépassent. On appelle nouvelles ces récits courts. Mais en vérité, les histoires sont ancrées et profondes. Les causes évoquées sont parties intégrantes de nos destins individuels. On comprend alors que ce livre c’est beaucoup de nous. De ce nous pudique et rangé qu’on ne perd pourtant jamais de vue. Et l’esprit lit et relit, absorbe et se délecte. Comme quand on trouve dans l’art, la littérature, le théâtre, le cinéma, l’écho de nos cris assourdis. Sortir alors de nos solitudes et en redemander. « Le temps en osier » nous bascule dans la folie douce qui accompagne les guerres. « Le jardin du prophète » a des épines qui feront mal longtemps. « Déviations » nous entraîne dans l’absurdité de la peur. Le « Coup de ciseau » lacère les cœurs et la ville. « Dunia » est toutes des femmes qui crient. « Si la photo est bonne », elle est pourtant en noir et blanc et « Le Tigre et la cigogne » ne se retrouveront plus jamais. Sept nouvelles d’une plume intense. Sept nouvelles qui interpellent et nous rappellent que la littérature est si nécessaire.

Abonnez-vous à notre rubrique 'Notre Univers'