« Palace Café » sélectionné pour le prix France-Liban

630x427_DEF
01 Nov

Le roman « Palace Café » des Éditions Tamyras a été sélectionné pour le Prix France-Liban !

Le prix France-Liban existe depuis 1982, mais n’a jamais autant fait parler de lui. Cette année, un vent de renouveau souffle sur ce prix créé par l’Association des écrivains de langue française (ADELF) et qui récompense chaque année un écrivain libanais de langue française ou un écrivain français dont le sujet de l’ouvrage porte sur le Liban. D’abord une nouvelle responsable du prix, Georgia Makhlouf, elle-même lauréate du prix en 2006, et une récompense de taille, 5000 dollars. Sans oublier de nouveaux membres du jury : Paul Blanc, ancien ambassadeur de France au Liban et essayiste sur la politique étrangère ; Carmen Boustani, romancière, essayiste et professeur à l’Université libanaise ; Zahida Darwich, professeur de littérature et Secrétaire générale de la Commission nationale libanaise de l’Unesco ; Albert Dichy, directeur littéraire de l’institut Mémoires de l’édition contemporaine, essayiste et critique littéraire ; Georgia Makhlouf, romancière, essayiste et critique littéraire ; Franck Mermier, anthropologue, directeur de recherche au CNRS ; Abdallah Naaman, écrivain ; Bahjat Rizk, écrivain et attaché culturel à la délégation du Liban auprès de l’Unesco ; Bassam Tourbah, ancien ambassadeur du Liban, essayiste.

Georgia Makhlouf espère que le prix sera désormais plus médiatisé et qu’il offrira encore plus de visibilité aux finalistes, « des auteurs dont les écrits sont dignes de figurer au panthéon de la littérature française », précise la romancière. La prestigieuse liste de l’année 2016 comprend les ouvrages sélectionnés suivants : Rafic Boustany, Le fossoyeur libertin, Dar An-Nahar, 2015 ; Yasmine Ghata, J’ai longtemps eu peur de la nuit, Robert Laffont, 2016 ; Percy Kemp, Le grand jeu, Seuil, 2016 ; Charif Majdalani, Villa des femmes, Seuil, 2015 ; Amal Makarem, Paradis infernal, L’Orient des Livres, 2015 ; Anne Nicoleau, Palace Café, Tamyras, 2016 ; Elisabeth Picard, Liban-Syrie, Intimes étrangers, Actes Sud/Sindbad, 2016 ; Emmanuel Villin, Sporting club, Asphalte éditions, 2016 ; Basma Zerouali, Le Quatuor de Beyrouth, Geuthner, 2016.

Le Prix France-Liban a le mérite d’extraire de la vaste mer de la littérature francophone libanaise des romans ou essais, publiés par des Libanais ou traitant du Liban ; un bon moyen s’il en est d’encourager l’écriture et la lecture, de souligner l’amour de la langue française chez les Libanais et de mettre en lumière le pays des Cèdres.

Anne Defraiteur Nicoleau sera présente au Salon du Livre francophone de Beyrouth et participera à la table ronde « Beyrouth je te Haime » vendredi 11 novembre à 19 h au BIEL. Elle dédicacera son roman par la suite sur le stand Tamyras.

Abonnez-vous à notre rubrique 'Notre Univers'