Réunir autour de la vie

Florence Massena
© Florence Massena © Florence Massena
26 Oct

Le 19 octobre à l’amphithéâtre Pierre Abou Khater, le public était nombreux pour honorer la mémoire de Talal Kassem, fauché sur la route il y a cinq ans, mais aussi le courage de sa mère, Zeina Kassem, qui présentait et signait son livre La Traversée.

Présents pour parler de Talal et des actions de Roads for Life, l’ONG fondée par Zeina Kassem pour que de tels drames puissent être évités, le Révérend Père Pierre Wittouck S.J., Amine Daouk, président de la fondation Makassed, et Son Excellence Monsieur Ziyad Baroud. Père Wittouck a ainsi tenu à mettre en avant les mots utilisés par Zeina Kassem pour décrire l’horreur de perdre son enfant aussi brutalement, tout en accusant les services publics de ne pas protéger suffisamment les piétons et cyclistes. De son côté, Ziyad Baroud a honoré la réalisation de ce livre. Avec beaucoup d’émotion dégagée par le souvenir de Talal, Zeina Kassem a réussi à réunir le public autour de la cause de Roads for Life, ou, comme elle l’a bien souligné lors d’un clip vidéo présentant son ONG, « pour la vie ».

Dans la foule venue écouter Zeina Kassem et se procurer son ouvrage, de nombreux amis étaient là pour la soutenir, dont l’ancien pédiatre de Talal, Gérard Wakim, qui a lui aussi salué l’initiative de Roads for Life : « C’est très important au Liban, car il est ainsi possible de former de nombreuses personnes de centres hospitaliers et de faire un réel effet sur le terrain ».

Pour l’auteur, écrire ce livre l’an passé lui a permis de réaliser une sorte de thérapie toute personnelle. « J’ai rédigé La Traversée après la perte de mon fils, c’était un moment très difficile pour moi et ma famille, explique-t-elle. Je souhaitais cacher ma peine à ma famille pour ne pas remuer le couteau dans la plaie, je devais être solide et forte pour eux, je ne pouvais pas leur montrer ma douleur. Écrire m’a permis de me parler, d’exprimer ce que je ressentais de mal mais aussi de bien. C’est un apprentissage, car la peine doit être apprivoisée, on ne fait plus qu’un avec elle, elle ne s’en va jamais. Mais au final, j’ai compris que cacher sa peine est une façon de nier son existence, comme si elle était taboue, or Talal n’est pas un tabou ! Si on partage ses sentiments avec ses proches on se rapproche d’eux. J’ai de l’amour pour toute ma famille, et Talal est là, dans mon cœur, vivant. Je souhaite dire aux gens que la vie triomphe, pas la mort. C’est le sens de Roads for Life, une lutte pour la vie. Aujourd’hui, ce n’est plus une expérience seulement personnelle mais universelle, car tellement de familles ont été brisées bêtement, on sait ce qu’elles ressentent. J’espère que ce livre les aidera à surmonter leurs propres drames. »

Il sera possible de rencontrer Zeina Kassem dans le cadre du Salon du Livre francophone lors d’une table-ronde, le 27 octobre à 19h en salle de conférence, puis au stand Tamyras pour la signature de La Traversée. « Nous allons parler de la résilience lors de la table-ronde, ajoute Zeina Kassem. Mais aussi du combat pour la vie. Mais l’amour triomphe de tout. Talal m’a transmis sa force en partant, elle est avec moi tout le temps, et ce qu’on a accompli avec Roads for Life était peut-être sa mission sur Terre. Nous ne faisons que l’accomplir à sa place. »

This slideshow requires JavaScript.

Abonnez-vous à notre rubrique 'Notre Univers'